Les coulisses de mon mariage : partie 5

0
Les coulisses de mon mariage : partie 5

Panique une semaine avant le mariage ! 

Ceci n’est pas le nom du feuilleton M6 de cet après-midi.

Hello les ami(e)s !

Nous sommes le jeudi  11 octobre 2018, et voilà maintenant presque un mois que je porte une jolie alliance à mon annulaire gauche et que j’ai changé de nom de famille (ce point-là mériterait un article, pour ne pas dire un débat, mais ce n’est pas pour cela que je vous écris aujourd’hui).

Je m’excuse d’avance de vous avoir légèrement abandonnés ces derniers temps, mais le mariage approchant, les préparatifs retenaient tout mon temps libre. Quand je parle de « temps libre », je parle du petit bout de temps où je n’étais pas au travail, où je ne m’occupais pas de ma fille, et où je ne faisais pas du ménage ou du sport. Ce qui représente approximativement 12 minutes hebdomadaires. Je pense que vous comprendrez mon manque d’implication dans la tenue du blog durant ces derniers jours. Mais me re-voilà (faites au moins semblant d’être contents, SVP).

En guise de retrouvailles, j’aimerais vous raconter une histoire. Celle de mon plus gros coup de stress prénuptial : la découverte de mon allergie soudaine et impromptue à … ma robe de mariée. IMPROBABLE ! Surtout que je ne comptabilise à ce jour aucune allergie notable à quelque substance ou aliment existant sur la surface de la Terre.

Comment j’ai découvert ça ? Eh bien toute cette histoire a commencé au début de l’année 2018. Je me réveille un matin couverte de boutons et de plaques chaudes et enflées sur tout le corps et sur le visage. Qui disparaissent progressivement au bout d’une ou deux heures. Le lendemain matin, je me réveille à nouveau pleine de plaques, et j’avais pourtant changé les draps : j’incrimine donc mon pyjama, que je jette à la poubelle.

Quelques semaines plus tard, rebelote. Avec cette fois en prime le visage bien boursouflé. Je file chez le médecin, mais après une heure trente dans la salle d’attente, les plaques avaient disparues. Heureusement, photos à l’appui, le docteur me prescrit un antihistaminique, de la cortisone et une ordonnance pour aller chez l’allergologue (je vous dis aujourd’hui que ce RDV n’a pas encore eu lieu, merci les délais d’attente.). Je soupçonne à ce moment-là le spray nasal anti-congestion (j’étais enrhumée les deux fois).

Joseph Merrick – alias Elephant Man

Puis au courant de l’été, nouvelle crise (et pas de rhume) ! L’œdème au visage est tellement important que je me prends en photo pour l’envoyer aux amies et collègues (no shame). Puis je remarque en regardant les photos sur mon téléphone qu’elles sont à chaque fois précédées d’une série de photos de moi pendant les essayages / retouches de la robe. Hasard ? Vaut mieux éliminer cette probabilité et avoir l’esprit tranquille le jour du mariage, non ? Je récupère donc ma robe en magasin quelques jours plus tard et l’enfile fissa chez ma témoin Sabrina. Le lendemain, rien. Ouf. Le surlendemain, urticaire !

Non… Pas possible. Sérieux ? On peut être allergique à un tissu ? Je fais quelques recherches sur internet, et non, on ne peut pas être allergique à un tissu, par contre on peut être allergique à un colorant, à un produit, à un traitement imposé au tissu. De plus, je lis que les allergies de contact peuvent mettre plus de 48h à « sortir » après l’exposition à la substance nocive. Mpfff… Allez, je l’essaye encore une fois, on ne sait jamais. Légère réaction deux jours après, pas d’œdème heureusement, mais les boutons sont quand même là, et c’est pas anodin. D’autant plus que cette robe, je ne la porte à chaque fois que quelques minutes, donc imaginez le choc anaphylactique devant l’autel le jour J après l’avoir portée plusieurs heures !

Sachant que c’est probablement un traitement appliqué à la robe que je ne supporte pas, je l’emmène au pressing. 98 euros, c’est le prix de la sérénité ! Ou pas… Je l’enfile à nouveau pour voir si le lavage ne l’a pas abîmée, et deux jours après, j’aperçois quelques petits boutons rouges sur les genoux. SUPER, on est lundi et je me marie samedi, l’état d’urgence est décrété !

Il s’agit de prendre une décision :

  1. Prendre le risque de la porter ;
  2. Acheter une nouvelle robe en urgence (sans budget et sans temps pour d’éventuelles retouches) ;
  3. Annuler le mariage.

Après avoir songé à la solution 3 pendant une heure ou deux, j’en parle autour de moi. Monsieur préconise la solution 1 avec cure d’antihistaminiques et  prise de cortisone, avis partagé par les deux témoins et la maman, mais pas du tout par mes consoeurs(tynagers) Marie et Angela (et le papa), qui imaginent le pire pour le jour J et s’empressent de me sélectionner des robes blanches à moins de 100 € sur Asos.com, livrables en 24h. Faut pas tergiverser des heures, le temps presse. J’en commande deux en deux tailles différentes. Entre temps j’appelle l’amie médecin d’une amie (d’une amie d’une amie), qui pense que la prise d’antihistaminiques et de cortisone devrait permettre d’éviter le drame, solution d’urgence à éviter, mais pour une fois, allez…

Pour un look à la Daenerys Targaryen
Pour un look plus bohème…

L’essayage des deux robes Asos le lendemain est un bide (c’est le cas de le dire) total. Plus le temps d’en commander d’autres. Je porterai ma robe démoniaque samedi, en j’emporterai avec moi une petite robe blanche de secours, dénichée au fond de mon placard. Au moindre signe, je me change. Et au moindre commentaire, je dégaine le flingue.

Au final, tout s’est bien passé, j’ai pu porter la robe toute la journée et toute la nuit, et je n’ai pas eu l’ombre d’un poil de fesse de bouton, ni le lendemain, ni le surlendemain, et depuis, plus du tout. Rendez-vous avec l’allergologue en novembre pour en savoir plus, ahahah !

Allez, pour vous remercier de m’avoir lue, je vous ajoute quelques photos (pas de ma tronche d’Elephant man hein, mais du mariage).

thirtynager perrine mariage steampunk
Bienvenue…
La robe incriminée
thirtynager perrine mariage
Plan de table ludique (il faut se reconnaître pour trouver sa place)
thirtynager perrine déco steampunk
La machine volante et la scène…
thirtynager perrine salle mariage
Tablée médiévale
thirtynager perrine evjf
On termine sur cette photo, qui fera le lien avec le futur article: l’EVJF !

LEAVE A REPLY