L’infinité du champ des possibles

2
L’infinité du champ des possibles

Petite chanceuse que je suis, je suis partie la semaine dernière en séminaire d’entreprise au Club Med à Marrakech. C’était le baptême du Club Med pour moi : en général, avec moi, les vacances ne riment pas vraiment du tout avec « bronze-culs » mais plutôt avec crapahutage (sans vouloir juger, chacun ses goûts !).

Et avant de me retrouver face à leur buffet, je n’avais jamais vraiment réalisé à quel point on pouvait être submergé, noyé même, par la notion de choix : bar à pâtes, bar à hamburger, plats orientaux, plats occidentaux, buffet de salades, barbecue, viandes, poissons et j’en passe. Vous vous dirigez vers le bar à salades en vous disant que vous tenterez les burgers le lendemain, sauf que le lendemain sont apparus riz frit à la thaï (au Maroc, oui oui !), pizza, rôtisserie, tajines et autres douceurs locales (ou pas).

Un exemple (je suis sûre à 100% que vous allez vous reconnaître) : vendredi soir, vous êtes « un brin » fatiguée par votre semaine. Vous zonez sur le canapé avec votre Loulou et vous vous dites « Tiens, si on regardait un film? ».

Zapette à la main, vous scrollez frénétiquement les menus de Netflix ou autre Canal à la Demande. Vingt minutes plus tard, vous ne vous êtes toujours pas décidés :  vous voulez regarder un film d’horreur mais, Monsieur, lui vous bassine avec cette comédie romantique avec Natalie Portman (et non, pas l’inverse, on est contre les préjugés sexistes à la rédaction de Thirtynager !). Du coup, pour mettre tout le monde d’accord, vous finissez par sélectionner un énième épisode de Game of Thrones ou un film naze vu et revu. Pire, vous atterrissez sur la fin de l’épisode 21 de la saison 13 des Experts – Miami sur TF1. Au bout de 40 minutes, Monsieur s’est finalement assoupi sur vos genoux en vous palpant la gougoutte.

Pareil : vous voulez vous achetez un jean. Mais un simple jean, aujourd’hui, cela n’existe plus ! Le jean est taille haute, taille basse, taille rase-moquette, slim, skinny, sept huitième, boyfriend, girlfriend, mum, flare, bootcut, brut, délavé, bleached, noir foncé, noir clair, noir délavé, noir usé, noir troué.

Alors oui, c’est génial d’avoir le choix, et on est toutes super contentes d’avoir 27 jeans dans nos placards, mais est-ce qu’avoir cette palette de choix sans fin, ce n’est pas un peu fatigant, voire carrément rebutant ?

Qu’en pensez-vous ? Regrettez-vous l’époque où il n’y avait que 6 chaînes de télévision ? Si aucun programme ne vous plaisait, vous éteigniez la télé et sortiez un bon bouquin. Encore cette fichue pression d’être heureux et dans le moule : vous n’avez plus d’excuses, vous avez tout à disposition en un clin d’œil et dans une multitude de variantes, le bonheur à portée de clic en gros. C’est OBLIGÉ, vous avez tout pour être pleinement heureuse et satisfaite, non ? Et au final, cette infinité de choix a un effet paralysant.

club med la palmeraie marrakechClub med La Palmeraie – Marrakech

Bon, sur ce je  vous laisse, je sors ce soir et je vais probablement passer une demie heure dans mon dressing à choisir comment m’habiller (en jean bien sûr !).

  1. Coucou,

    Merci pour ce super article. En effet je trouve ce sujet pertinent. Aujourd’hui on a le choix pour tout, et tellement même que ca peut devenir angoissant… au point où on en arrive parfois à plus pouvoir se décider seul et à demander les avis à droite à gauche pour prendre une décision.

LEAVE A REPLY